Texte de Ulrike Kremeier

L'exposition Considering a Plot (Dig for Victory) de Stéphanie Nava, artiste résidant à Londres et Marseille, met en jeu les possibles offerts par le médium dessin.
La forme et le contenu de cette exposition questionnent dans un même temps processus de production, formes de présentation et modes historiques de diffusion du dessin dans une approche toute contemporaine. Y sont présentées des planches qui, bien que réalisées à la main dans un style encyclopédique, s'extraient de la forme attendue du petit format encadré et destiné à être accroché au mur. Ici, le dessin est à la fois principe actif et élément constructif : réalisé sur des supports et des formats différents, il est utilisé comme élément structurel d'une installation qui se déploie dans le lieu d'exposition. Les dessins construisent l'espace autant qu'ils y déploient leur narration.

Le projet de l'artiste s'intéresse aux contextes économique et politique relatifs au jardin. Ces questions, inhérentes à tout jardin, se cristallisent particulièrement dans le sujet central de cette proposition : le jardin ouvrier, que les conditions d'émergence au sein de l'Europe industrielle du 19° siècle ont ancré de façon décisive dans un terrain politique et social. Considering a Plot (Dig for Victory) met en place une correlation entre processus de production de dessins et élaboration de jardins. De même que l'art, les jardins ont été et demeurent des territoires d'utopie, où les questions sociales qui s'y reflètent et s'y trouvent parfois commentées, peuvent aussi être projetées.

Cette exposition s'organise en deux parties, deux installations liées de manière cohérente dans leur forme, leur contenu et leur sujet.

L'installation principale, qui donne son titre à l'exposition, est la mise en scène d'un jardin ouvrier anglais - un allotment - jardin potager, utilitaire, originairement outil de subsistance alimentaire pour les populations urbaines modestes.
Cette installation se compose de dessins dont la facture rappelle les gravures des manuels de botanique du 19° siècle.  Les différents éléments qui composent un jardin réel, des plates-bandes de légumes aux outils de jardinage en passant par les carrés d'herbes médicinales et aromatiques, seront donc dessinés. Les séries de carottes, poireaux ou pommes de terre reproduits au crayon sur papier blanc sont installées sur de longs rails comme des plates bandes à la régularité quasi industrielle. Ainsi, le jardin dépasse la seule nature pour intégrer un système de production lié à la sphère domestique dont l'objectif est concret: il s'agit là d'optimiser le plus possible la production alimentaire.

L'importance et le rôle économique, politique et social des jardins ouvriers dépasse le seul 19e siècle. Pendant la Seconde Guerre mondiale en Angleterre et aux Etats-Unis, la population civile a été appelée à combattre la pénurie alimentaire en mettant à profit toute possibilité de culture. Ainsi, le gouvernement britannique lança Dig for Victory (Creuser pour la victoire), grande campagne de propagande à échelle nationale, qui appelait à transformer pelouses et parterres de fleurs en jardins potagers. Pour ce faire, plus de 10 millions de tracts furent imprimés et distribués afin de diffuser ce programme, dont un des slogans clamait: «Grow your own!» (Faites pousser le votre!).

Considering a Plot (Dig for Victory) est présenté au centre d'art passerelle dans une version qui s'enrichit pour cette exposition du «Bureau des Crises». Meublée d'un bureau de type de ceux que l'on trouvait dans les administrations, cette "annexe" du jardin explore différentes crises liées aux plantes. Au moyen de diagrammes, de statistiques, d'informations historiques et scientifiques, le monde végétal est scruté sous ses aspects économiques, utilitaires et administratifs ainsi que d'un point de vue sanitaire, « épidémique ».
Une multitude de fiches recouvre le plateau du bureau. Couvertes d'une écriture qui se fait presque dessin, elles exposent les processus biologiques mais aussi économiques et politiques à l'œuvre dans le déroulement de la grande famine de 1845 en Irlande, où le mildiou ravagea les récoltes de pomme de terre ainsi que les semences des fermiers privant ces derniers - majoritairement métayers - de leurs droits sur des terres dont les propriétaires fonciers - majoritairement anglais - les exproprièrent en masse. Ce désastre, à l'origine horticole, contribua à envenimer le conflit anglo-irlandais et entraina une émigration massive des paysans irlandais vers les Etats-Unis.

La deuxième partie de l'exposition convoque en regard du jardin ouvrier un jardin ornemental où les légumes ont laissé place aux fleurs. Si ces deux types de jardins convergent dans leur même utilisation de la géométrie pour leur mise en forme, le jardin ouvrier est intrinsèquement lié aux classes les plus pauvres alors que le jardin formel avec parterres de fleurs reste l'expression de la (haute) bourgeoisie.

Dans ce jardin, où sont juxtaposés principes structurels de jardins ornementaux « à la française » et « à l'anglaise », les tracés deviennent découpes et déterminent dans la surface du matériau territoires et frontières, entre nature sauvage et parterres ordonnés.

Sur un dessin de fleurs, les formes évidées en feutre horticole laissent apparaître en réserve un possible jardin. Entre le négatif et le positif se dessine une interprétation graphique, schématique, d'un jardin où la nature se trouve soumise à un potentiel décoratif.

Ainsi, la nature de l'œuvre donne à voir les possibles extensions du jardin d'agrément qui, à travers les modèles décoratifs reproduits sur les textiles ou encore les papier-peints, pénètre la sphère domestique.










Exposition du 23 janvier au 11 avril 2008. Centre d'art Passerelle, 41 rue Charles Berthelot - Quartier Saint-Martin - 29200 Brest. Tél.: +33 (0)2 98 43 34 95.  Ouverture le mardi de 14h à 20h, mercredi et samedi de 14h à 18h30.



Stéphanie Nava, Considering a Plot (Dig for Victory)

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

L'exposition, ainsi que l'édition Considering a Plot (Dig for Victory) on été co-produites par le centre d'art passerelle et le Centre d'art contemporain de la Ferme de Buisson (voir ci-dessus). L'installation a également été présentée au centre d'art VIAFARINI DOCVA de Milan.
Considering a Plot (Dig for Victory) est un projet de Stéphanie Nava engagé à Londres en 2005 dans le cadre du programme de résidence Villa Medicis hors les murs de Cultures France.

Ce travail, réorganisé et augmenté à chaque nouvelle présentation, comporte à ce jour un peu plus de 80 dessins. De taille variant de 20 x 25 centimètres à 150 x 500 centimètres, ils sont réalisés au crayon sur papier, en papier découpé, en aluminium repoussé ou encore en feutre horticole. Diverses constructions en bois, feutre, toile, brique ou métal viennent compléter l'ensemble, ainsi que des luminaires, un incinérateur, une brouette, une serre, une chaise d'arbitre et des pièges à taupes. L'installation est modulable et de dimensions variables. Elle se déploie potentiellement sur une surface d'environ 200 mètres carrés.

Lien : http://www.documentsdartistes.org/artistes/nava/repro18.html

Archives expositions personnelles France

  Stéphanie Nava, Considering a Plot (Dig for Victory)
  Centre d’art Passerelle, Brest
  23.01 - 11.04.2008

Archives expositions personnelles (N-O)